L'Agriculteur Charentais 25 mai 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Gel : Séries de dispositions à enclencher

Après les premiers bilans, les premières mesures pour alléger l’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VC

Les chiffres se précisent. Le BNIC a confirmé récemment que 25 000 hectares du vignoble de la région délimitée avaient été touchés par l’épisode de gel du 27 au 28 avril dernier. Cela représente quand même un tiers du vignoble charentais. S’ajoutent à ces hectares durement touchés, 15 000 hectares à «un degré moindre.» Le début d’une série de premières mesures a été prise pour les viticulteurs (voir notre précédente édition). Sur la mesure d’activité partielle, il s’agit d’une démarche individuelle que l’on peut générer auprès de l’administration sur internet (https://activitépartelle. emploi.gouv.fr/apart/.) Si l’on est employeur d’une ou plusieurs personnes, on peut ainsi avoir recours au chômage partiel depuis le 27 avril. La démarche se fait en deux temps : création de l’espace (2 jours), puis demande d’activité partielle en ligne sur ce même espace. Côté cotisations, la démarche est aussi individuelle auprès de la MSA des Charentes pour des échéanciers sur 2017-2018. Enfin sur le dégrèvement de taxe sur le foncier non-bâti, la démarche collective est à réaliser auprès des mairies.

Lire la suite dans l’édition papier du 19 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui