L'Agriculteur Charentais 30 mars 2017 à 08h00 | Par Catherine Longueville

Génétique : Diversifier l’offre de produits liée à la reproduction

Face à la diminution de l’’insémination, Apis Diffusion (1) élargit son offre de sélection génomique, de monitoring et privilégie l’alliance avec d’autres entreprises de sélection.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Fouchet, directeur, d’Apis Diffusion.
Michel Fouchet, directeur, d’Apis Diffusion. - © VA

La crise de l’élevage qui perdure depuis deux ans impacte-t-elle la campagne d’insémination en 2016 ?
Nous enregistrons une baisse d’activité de l’insémination plus forte qu’en 2015. La baisse est de 5,4 % sur les femelles laitières et de 1 % pour les races à viande. Si l’an dernier, la baisse des IA en race laitière se concentrait dans les zones céréalières des départements de la Charente et de Charente-Maritime, cette année elle touche également la Vendée et les Deux-Sèvres. La crise ne justifie pas à elle seule la diminution de l’IA.  Les causes sont multiples. Nous sommes face à une vague de départs à la retraite d’éleveurs qui ne sont pas toujours remplacés, mais également des départs d’associés dans des Gaec.

Lire la suite dans notre édition papier du 24 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
-73 %
Selon les derniers chiffres de FranceAgriMer, les transactions de vrac vin de France (SIG) avec mention de cépage en blancs, pour la région Charentes-Cognac (+1 %) se montait à 3 Mhl depuis le début de la campagne, soit -73 % par rapport à 2016-2017, sur un total français de 334 Mhl. Les transactions de vrac IGP en 2017-2018 s’élèvent en blanc à 1651 Mhl (+9 %)