L'Agriculteur Charentais 12 mars 2015 à 08h00 | Par Catherine Longueville

Génétique : L’IA et la génomique ont la cote

Ce mardi, Apis Diffusion était en assemblée générale, en Vendée. Le point sur ses activités et le projet zootechnique européen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Michel Fouchet : «Le projet d’une nouvelle organisation de la génétique des ruminants en Europe est une chance pour la génétique française.»
Pour Michel Fouchet : «Le projet d’une nouvelle organisation de la génétique des ruminants en Europe est une chance pour la génétique française.» - © VA

Cinq ans après les races laitières, la génomique a fait son entrée en scène en race charolaise en 2014 avec une bonne adhésion des éleveurs à Apis Diffusion. Michel Fouchet, son directeur fait le point.
Comment évolue votre activité d’insémination ?
Nous enregistrons une augmentation de 0,4 % toutes races confondues sur l’ensemble des 4 départements que nous couvrons. En production laitière, on obtient une hausse de 0,8 % liée à conjoncture favorable en 2013/2014. Mais  depuis la fin de l’année, nous enregistrons une légère baisse liée à l’incertitude des prix. Sur la plaine vendéenne et la zone viticole notamment en Charente/ Charente-Maritime, nous avons des arrêts en productions laitière. C’est le nord Vendée qui enregistre les meilleurs scores en races laitière. En race bouchères, nous diminuons de 0,4 %. En race caprine, nous avons des bons résultats avec une hausse de 11, 2 %. Nous sommes revenus au niveau des années 2012. Nous observons un accroissement de 17,4 % de l’utilisation de la semence sexée. La collecte d’embryons augmente de 7,5 %, principalement en race prim’holstein (72 % des collectes). 

Le recours à la génomique laitière initiée il y 5 ans se développe-t-elle ?
En prim’holstein, 72 % de nos taureaux sont génotypés, en Normande, c’est 73 %, contre 41 % en Montbéliarde. Avec la génomique, nous arrivons à des précisions élevées avec des coefficients de détermination de 0,7 % aujourd’hui contre 0,50 % lors du lancement. Il y aura encore des changements de méthode, mais les prédicteurs sont intéressants.  

Des nouveautés dans les prédicteurs en race laitière ?
Gènes Diffusion a travaillé avec l’université hollandaise de Wageningen sur la santé du pied avec deux prédicteurs : la résistance aux lésions et la robustesse du pied. Apres les mammites, la fertilité, ce sont les problèmes de santé de pied qui conduisent le plus à réformer des vaches.

Lire la suite de l'interview dans notre édition du 13 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6,7 %
Les surfaces régionales en oléagineux Progressent de 6,7 % par rapport à 2016-2017. D’après Agreste Nouvelle Aquitaine, qui a établi un premier bilan 2018, «Ce sont essentiellement les départements du nord de la région qui portent cette hausse : Vienne (+ 17, 5%), Deux-Sèvres (+ 8 %) et Charente-Maritime (+ 7,6 %).»

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui