L'Agriculteur Charentais 12 janvier 2017 à 08h00 | Par l

Gestion de l’eau : Des prélèvements interdits

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Au vu de la tendance des indicateurs piézométriques et débitmétriques, ainsi que de l’état des milieux, le prélèvement d’eau en vue du remplissage, ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau, est interdit sur les bassins versants de l’Antenne, la Boutonne, la Charente, le Curé Sèvre Niortaise, les Fleuves Côtiers de Gironde, la Gères Devise, le Mignon, le Lary-Palais, la Seudre et la Seugne. Sont concernés les prélèvements à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau, à l’exception des prélèvements pour l’alimentation des réserves de l’ASAi des Roches et du SIECQ, réglementés par un arrêté spécifique. Ces dispositions sont entrées en vigueur depuis le 26 décembre et jusqu’au mercredi 1er février, 8 heures. Elles pourront éventuellement faire l’objet d’un arrêté d’abrogation anticipé si l’évolution de la situation hydrologique le justifie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.