L'Agriculteur Charentais 14 novembre 2017 à 08h00 | Par Préfecture

Gestion de l'eau (en ligne le 14/11/17 à 8 h)

Interdiction de remplissage des mares de tonnes dans trois bassins de gestion supplémentaires

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les modalités de remplissage des mares de tonne sont fixées par l’arrêté préfectoral n° 17-733 du 7 avril 2017 encadrant et définissant les mesures de restriction ou de suspension provisoire du remplissage des mares de tonne dans le département de la Charente-Maritime entre le 15 avril et le 30 novembre 2017.
Dans chaque bassin de gestion sont définis des indicateurs représentatifs de l’état des milieux qui déterminent suivant leur niveau les règles de gestion applicable au remplissage des mares de tonne. L’indicateur de débit sur le fleuve Charente a franchi à nouveau le seuil de débit de coupure entraînant l’impossibilité de remplir et réalimenter les mares de tonne dans les bassins des marais de Rochefort Nord et Sud et du Fleuve Charente.
La situation dans les autres bassins reste inchangée.

NOUVELLES DISPOSITIONS
À partir du 14 novembre 2017 à 8 heures, les prélèvements en milieu naturel pour le remplissage des mares de tonne de chasse sont soumis aux règles suivantes :

➔ Interdiction de remplissage et de remise à niveau
• Curé-Sèvre Niortaise
• Mignon
• Marais de Rochefort Nord
• Marais de Rochefort Sud
• Fleuve Charente
• Antenne et Rouzille
• Marais bord de Gironde Nord
• Marais bord de Gironde Sud

➔ Remplissage limité à une surface inférieure à 1 ha par mare
• Boutonne et affluents
• Seugne
• Seudre

➔ Remplissage possible sans limitation
• Lary et Palais
• Dronne aval

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.