L'Agriculteur Charentais 01 décembre 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Gestion de la chute : Apprendre à chuter

Lycée agricole de Bois, MSA des Charentes, l’IFCE et le club de judo «La Santone»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Evelyne Massard, directrice adjointe MSA des Charentes,
Sandie Jarrier, directrice territoriale IFCE, Stéphane Santrisse, président du club de judo et Philippe Mauvigney, directeur du lycée agricole.
Evelyne Massard, directrice adjointe MSA des Charentes, Sandie Jarrier, directrice territoriale IFCE, Stéphane Santrisse, président du club de judo et Philippe Mauvigney, directeur du lycée agricole. - © AC

Au lycée agricole St Antoine, à Bois, on n’enseigne pas uniquement à monter à cheval.
Depuis, le jeudi 17 novembre, les élèves se forment aussi à la «gestion de la chute» par le biais d’une formation. Une convention vient d’être signée entre le lycée, la MSA des Charentes, l’IFCE (institut français du cheval et de l’équitation) et le club de judo «La Santone». Ainsi les élèves de la
classe de seconde professionnelle «production animales activités hippiques» s’initient à l’apprentissage de la chute dans un lieu adapté et sécurisé. En lien avec le service Santé Sécurité au Travail de la MSA des Charentes, les interventions seront assurées par le club de judo «La Santone», ainsi que les professeurs de sport et d'équitation.

Lire la suite dans  notre édition  du 25 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui