L'Agriculteur Charentais 01 décembre 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Gestion de la chute : Apprendre à chuter

Lycée agricole de Bois, MSA des Charentes, l’IFCE et le club de judo «La Santone»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Evelyne Massard, directrice adjointe MSA des Charentes,
Sandie Jarrier, directrice territoriale IFCE, Stéphane Santrisse, président du club de judo et Philippe Mauvigney, directeur du lycée agricole.
Evelyne Massard, directrice adjointe MSA des Charentes, Sandie Jarrier, directrice territoriale IFCE, Stéphane Santrisse, président du club de judo et Philippe Mauvigney, directeur du lycée agricole. - © AC

Au lycée agricole St Antoine, à Bois, on n’enseigne pas uniquement à monter à cheval.
Depuis, le jeudi 17 novembre, les élèves se forment aussi à la «gestion de la chute» par le biais d’une formation. Une convention vient d’être signée entre le lycée, la MSA des Charentes, l’IFCE (institut français du cheval et de l’équitation) et le club de judo «La Santone». Ainsi les élèves de la
classe de seconde professionnelle «production animales activités hippiques» s’initient à l’apprentissage de la chute dans un lieu adapté et sécurisé. En lien avec le service Santé Sécurité au Travail de la MSA des Charentes, les interventions seront assurées par le club de judo «La Santone», ainsi que les professeurs de sport et d'équitation.

Lire la suite dans  notre édition  du 25 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui