L'Agriculteur Charentais 05 octobre 2017 à 08h00 | Par A.

GLYPHOSATE : La nécessité d'un débat plus raisonné

La Fondation Concorde rappelle l’urgence d’une approche dépassionnée et rationnelle de l’utilisation des produits phytosanitaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © © Gaëtan Coisel

«Nous évaluons le coût d’une interdiction de cette molécule à 976 M€ pour le seul secteur agricole», indique une note de la Fondation Concorde, publiée en juillet 2017, et étudiant les impacts de l’interdiction du glyphosate. A l’occasion d’un petit-déjeuner organisé le 20 septembre par la fondation, avec la députée LREM du Finistère Sandrine Le Feur (par ailleurs agricultrice), les points clés de cette note ont été présentés par Olivier Babeau, vice-président de la fondation et coordonnateur de l’étude. Premièrement, le glyphosate s’avère, en l’état actuel des choses, irremplaçable sans surcoût, au niveau financier comme environnemental.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 06 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui