Le Paysan Tarnais 08 juin 2017 à 08h00 | Par A. Renault

«Grâce à l'«effet bélier», on a pu regrouper 400 agnelages en 10 jours»

Magali Cousinié est installée sur l’ancienne exploitation ovine de la mairie de Castres, à coté de l’aéroport. Elle utilise des béliers vasectomisés pour un «effet bélier» lui permettant de grouper, ensuite, les agnelages. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© A. Renault)Réservé aux membres du site Réservé aux membres du site

Magali Cousinié s’est installée pour prendre la suite de son père, Jean-Marc, éleveur installé sur la commune de Payrin Augmontel. «Lorsque j’ai voulu m’installer je me suis mis à la recherche de terres et nous avons appris que la mairie de Castres voulait se séparer de l’exploitation ovine présente sur le Causse. Je me suis installé en janvier 2011, j’ai ensuite fait les démarches pour l’aide à l’installation et nous avons créé un Gaec avec mon père»   [...]

 

» Lire la suite sur le site Le Paysan Tarnais

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.