L'Agriculteur Charentais 01 décembre 2016 à 08h00 | Par FDC17

Grippe aviaire : Le retour des contraintes

Le transport des appelants et les lâchers de gibier sont interdits dans les zones humides.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les chasseurs devront en fin de saison faire réaliser des contrôles sanitaires des appelants utilisés dans les zones à risque.
Les chasseurs devront en fin de saison faire réaliser des contrôles sanitaires des appelants utilisés dans les zones à risque. - © FDC17

Des cas d'influenza aviaire hautement pathogène ont été détectés ces dernières semaines chez des oiseaux sau­vages et dans des élevages du Nord et de l'Est de l'Europe. Le ministère de l'Agriculture, après consultation de l'ANSES et de l'ONCFS, a pris trois arrê­tés parus au Journal Officiel jeudi 17 novembre, qui chan­gent depuis le niveau de risque en France. Celui-ci passe de «négligeable» à «élevé» sur des communes «à risque particu­lier» (zones humides) ; et passe à un niveau dit «modéré» sur le reste du territoire. Dans un communiqué, la Fédé­ration Nationale des Chasseurs regrette -eu égard à la respon­sabilité des structures de la chasse et des chasseurs dans la surveillance sanitaire de la faune sauvage- de n'avoir pas été consultée préalablement à la prise de ces décisions qui ne vont pas être sans consé­quences sur l'exercice de la chasse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui