L'Agriculteur Charentais 27 avril 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Groupama Centre Atlantique : Cerise sur le gâteau

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Boucherit et Bruno Fleury : en Charente-Maritime, GCA réalise 64,3 M€ de chiffre d’affaires auprès de 39 811 sociétaires et réinjecte 31,8 M€.
Dominique Boucherit et Bruno Fleury : en Charente-Maritime, GCA réalise 64,3 M€ de chiffre d’affaires auprès de 39 811 sociétaires et réinjecte 31,8 M€. - © AC

On ne peut pas dire que l’année 2016 aura épargné les assureurs et encore moins Groupama Centre Atlantique. 430 M€ de primes versées en indemnités diverses entre tempêtes, sécheresse, grêle, inondations et autres aléas climatiques. Mais selon le président départemental, Dominique Boucherit, c’est la règle du jeu. Et la solidarité interne à Groupama a joué. Groupama Centre-Atlantique, dix départements, a pourtant atteint trois fois et demie le ratio nécessaire dans la marge de solvabilité. 20,5 M€ d’euros de résultat net pour un chiffre d’affaires de 609 M€. Bruno Fleury, directeur financier de GCA, soulignait «l’élément climatique» était une donnée importante dans la gestion de GCA.

Lire la suite dans l’édition papier du 21 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.