L'Agriculteur Charentais 16 avril 2015 à 08h00 | Par CP

Groupama Centre Atlantique : Prévenir, une autre manière d’assurer

La mutuelle va continuer à investir dans les actions de prévention.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Président et directeur de Groupama.
Président et directeur de Groupama. - © Agri79

Avec un bénéfice de 34,01 millions d’euros sur 2014 Groupama Centre atlantique tourne définitivement la page des tumultes du passé. «Ce résultat sera provisionné, améliorant ainsi la solvabilité de la mutuelle. Un critère qui appelle la confiance de nos sociétaires. Engagés à leurs côtés, nous sommes en capacité, sans les charger en cotisation, de sécuriser leur quotidien». La veille de l’assemblée générale de Groupama Centre Atlantique, tenue à Rouillac (16) jeudi 9 avril, Michel Baylet président, Pierre Cordier directeur et Bruno Goichon secrétaire général présentaient en conférence de presse les chiffres de l’année. «Avec 520,5 millions d’euros d’IARD(*) et 96,4 millions d’euros d’assurance-vie, notre chiffre d’affaires combiné, 616,9 millions d’euros, est stable sur 2014». La performance annuelle de l’entreprise s’explique essentiel- lement par l’amélioration du ratio combiné c’est-à-dire la somme des indemnisations des sinistres et frais généraux rapportés aux primes reçues.

Lire la suite dans notre édition du 17 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui