L'Agriculteur Charentais 10 avril 2013 à 18h22 | Par Laurence GUILEMIN

HERD BOOK LIMOUSIN - Des éleveurs dynamiques dans un contexte difficile

L’assemblée générale de la section «Poitou-Charentes» s’est tenue le 19 mars à Ballon (17), autour de son président, Jean-Jacques Rimbault, éleveur à Niort.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La section Poitou-Charentes du HBL compte 88 adhérents.
La section Poitou-Charentes du HBL compte 88 adhérents. - © A-C

Il fallait s’y attendre : les chiffres de la campagne 2011-2012 sont, une nouvelle fois, moyens. Une activité de ventes de reproducteurs toujours en deçà, des intrants toujours chers… ne contribuent décidemment pas à relancer une activité très perturbée depuis les soubresauts de la FCO en 2008.
C’est bien là toute la difficulté de la situation actuelle. L’association, tout en étant très consciente de cette crise tant structurelle que conjoncturelle, ne doit toutefois pas tomber dans la sinistrose. D’importants projets sont actuel lement en cours et devront permettre, à moyen terme, d’aider les adhérents à passer au mieux la prochaine révolution à venir avec l’avènement de la génomique.
La campagne 2011-2012 a donc été laborieuse même si des signes sur la campagne en cours (2012- 2013) augurent d’une reprise d’activité.
Dans ce contexte pas évident, la section Poitou-Charentes perd six adhérents. Son nombre s’établit à 88, mais compte trois nouvelles adhésions d’élevage, deux charentaises et une charentaise maritime avec Jean-Marie Renaud, de St Coutant le Grand. Il est à noter que ce dernier élevage s’est déjà distingué en concours notamment à Aquitanima à Bordeaux où il a enlevé le prix du meilleur animal à fort développement musculaire avec EURO.

Embellie à l’exportation : +40% !

S’il est un chiffre qui doit inciter à l’optimisme : c’est la reprise des exportations d’animaux à haute valeur génétique avec pedigree. En effet, après quatre campagnes très fortement perturbées par les conséquences de la FCO, le marché repart bien tiré par les exportations de masse russes et mongoles mais également par les demandes d’éleveurs d’Italie et d’Espagne, gros pourvoyeurs de génétique française. Même si Schmallenberg a ramené son lot de restriction, il semble que les perspectives soient intéressantes vers l’Europe de l’Est notamment.

La dynamique des éleveurs
De manière générale, le président Jean-Jacques Rimbault, réélu à la tête de la section, a tenu à souligner le bon comportement de ses troupes en ces temps difficiles pour l’élevage… Les éleveurs régionaux font preuve de courage et d’abnégation pour se démarquer. Plusieurs exemples le prouvent comme l’achat de très bons veaux à la Station de Lanaud.
Dernier point enfin qui est à relever : la présence des éleveurs et leur dynamique sur les différents concours régionaux (Chabanais, Aquitanima à Bordeaux, Moncoutant, Poitiers…).
Cette assemblée générale a également donné lieu à la présentation de l’approche économique de la conduite de la reproduction en élevage allaitant. Le revenu de l’éleveur dépend principalement de la vente de broutards pour le naisseur et de JB pour le naisseur engraisseur. Dans ces conditions, le nombre de veaux sevrés par vache et par an, constitue un bon indicateur global de la rentabilité des élevages de viande. Ce critère, classiquement admis sur le plan économique, présente l’inconvénient d’être trop global pour identifier la cause exacte de performances insuffisantes. C’est pourquoi il convient de l’analyser par éta pes.
L’après midi, le Gaec de St Germain à St Vivien a ouvert ses portes, pour une visite de leur exploitation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui