L'Agriculteur Charentais 12 septembre 2013 à 11h26 | Par Thierry Michel

Hervé Treppoz - «Sensibiliser les jeunes médecins et les étudiants»

Médecin conseil national à la CCMSA

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © T. Bousquet/CCMSA

Des décrets et arrêtés viennent de paraître dans le cadre de la lutte contre les accès difficiles aux soins sur le territoire. Quel regard posez-vous sur ce plan ?
Ce qui est important, c’est que ces décrets et arrêtés prennent place dans le cadre d’un plan plus vaste baptisé pacte territoire santé qui comporte douze engagements. C’est un pas important et le signe d’une volonté indéniable de lutter contre les zones sous-denses. Il y a des choses qui bougent et c’est très bien.

Quelques exemples ?
Plus les étudiants font des stages en médecine générale, plus ils sont enchantés. C’est une médecine de terrain et c’est très instructif pour eux. Les bourses d’engagement de service public permettent l’accès aux études à des jeunes aux moyens limités. Ce qui se fait autour du travail collaboratif ou en équipe ou encore ce que l’on voit en télémédecine sont également de bonnes choses tout comme ce qui se passe autour de l’adaptation des hôpitaux de proximité et des centres de santé. Pour le praticien territorial de médecine générale, les contrats sont valables un an renouvelable un an, il faut attendre pour pouvoir dresser un bilan. On constate aussi une évolution très nette des mentalités chez les étudiants et les jeunes médecins : ils ne veulent plus exercer seuls dans leur coin.

Quelles sont les actions de la MSA pour lutter contre ces difficultés d’accès aux soins en zone rurale ?
Bien évidemment, nous sommes très concernés par ce pacte territoire santé. Et depuis 4-5 ans, certaines caisses comme en Bourgogne, en Île-de-France ou à Bordeaux mènent des actions de sensibilisation auprès des jeunes médecins. Pour cette rentrée, toutes les caisses vont diffuser des affiches en faculté (au niveau des 2e cycle), dans les Instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) et dans la filière kinésithérapie pour sensibiliser à ce que nous avons appelé «La médecine en campagne».Nous proposons aussi en faculté, en Ifsi et en kinésithérapie des interventions pendant le cursus de cours de personnels exerçant en milieu rural. Nous lançons aussi une opération autour de l’accueil, sur une durée de trois jours, de jeunes étudiants dans les caisses régionales afin qu’ils puissent échanger directement avec le personnel. Il y a également « Pays de santé », un partenariat Groupama/MSA, qui propose une aide (informatique, facilitation de la relation avec la clientèle, prise de rendez-vous…) aux médecins nouvellement installés. Et nous demeurons très actifs dans le domaine de la mise en place des maisons de santé dans l’optique de faciliter l’accès aux soins et le travail collaboratif. C’est une solution d’avenir !Propos recueillis par Thierry Michel

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui