L'Agriculteur Charentais 12 septembre 2013 à 11h01 | Par Bernard Aumailley

Idée - 15 000 ha de soja en Poitou Charentes, possible ou difficile ?

Et si la région se mettait à cultiver du soja ? Une coop se dit prête à relever le défi, épaulée par la Région. Mais peut-on vraiment ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Peu exigeante, la culture du soja a des passages obligés.
Peu exigeante, la culture du soja a des passages obligés. - © AC

L’idée peut paraître séduisante telle que le promeut la Région. Mais il y a derrière une culture «plutôt technique.» Explications sur le terrain des essais du Cetiom, en plein cœur de l’Aunis. Le résumé peut paraître simple : peu sujet aux maladies et aux attaques de ravageurs, ne nécessitant aucun apport d’engrais azoté, le soja possède des atouts environnementaux très favorables. Excellent précédent, il s’intègre bien dans les exploitations céréalières que ce soit en système conventionnel ou en agriculture biologique, en système classique ou en double culture. Ses débouchés diversifiés (alimentation animale ou humaine, conventionnel ou bio) et la traçabilité très souvent mise en œuvre pour sa production  par les différents opérateurs (producteurs, collecteurs, transformateurs) constituent des atouts complémentaires pour cette production. Cela, c’est «l’appartement témoin» du soja, version Poitou-Charentes. Le hic, qui fait tiquer les experts-techniciens du négoce et des coopératives, il a besoin d’eau et à des périodes où parfois elle vient à manquer. «Un facteur limitant majeur» souligne Jean Lieven, «le» spécialiste soja en France. Au Cetiom du Magnereau, on a cherché à «étudier» les densités de semis et écartement de semis. «Le Poitou Charentes est plutôt dans des limites de précocité» explique-t-il «et voir le comportement des variétés du groupe 1 tardives.» Le soja a besoin d’une somme de températures qui pourrait faire défaut dans la région. «Mieux vaut privilégier des parcelles irriguées ou avec beaucoup de réserves hydriques, sans teneur en calcaire trop prononcée. Ses besoins en eau sont importants à partir de la floraison.» C’est la «clé de la réussite»  avec l’implantation dans un sol «réchauffé.» On sème de mi-avril à la mi-mai : densité élevée et écartement réduit.

Lire le dossier complet dans notre édition du 13 septembre

Le soja, peu de maladies

Cette culture demande très peu de traitements anti-parasitaires contre les maladies ou les ravageurs. Contre le sclérotinia, aucun traitement chimique n’est autorisé. Mais, dans la plupart des situations, une variété et un peuplement adaptés, une irrigation raisonnée permettent un contrôle efficace de la maladie principale du soja irrigué. Par ailleurs, l'agent biologique Contans peut être utilisé en prévention. Les acariens sont généralement bien contrôlés sans intervention chimique si les plantes sont correctement irriguées. Contre les punaises, ravageur principal ces dernières années, une méthode de lutte basée sur l’observation à la parcelle a été mise au point et permet d’éviter tout traitement inutile. Contre la pyrale du haricot, présente dans le Sud-Ouest depuis 2003, il n'existe pas de traitement chimique efficace. Une irrigation correctement conduite permet de réduire fortement la gravité des attaques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui