L'Agriculteur Charentais 31 décembre 2014 à 08h00 | Par ACA

Identification électronique : Des dérogations possibles jusqu’au 1er janvier 2017

Un système dérogatoire acquis par la FNO jusqu’au 31 décembre 2016 pour l’application des obligations d’identification électronique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC GÜTNER

L’identification électronique des petits ruminants devait être obligatoire au 1er janvier 2015. Toutefois au vu du nombre d’animaux non identifiés électroniquement, entre 15 et 20 % des animaux, la FNO a travaillé syndicalement à une solution transitoire. En effet, la non mise en conformité ayant des impacts sur la conditionnalité des aides PAC, il n’était pas envisageable de laisser la réglementation s’appliquer dès le 1er janvier 2015 en risquant de pénaliser de nombreux éleveurs.Un système dérogatoire est donc instauré. La DGAL a reporté cette date en modifiant l’arrêté du 19 décembre 2005 relatif à l’identification des animaux des espèces ovine et caprine. Ainsi, à partir du 1er janvier 2015 et jusqu'au 31 décembre 2016, les éleveurs doivent identifier électroniquement les animaux nés entre le 9 juillet 2005 et le 30 juin 2010 dès lors qu’ils quittent l’exploitation dans laquelle ils sont détenus. A partir du 1er janvier 2017, tous les animaux du cheptel nés avant le 1er juillet 2010 devront être identifiés électroniquement.

Lire la suite dans notre édition du 2 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui