L'Agriculteur Charentais 07 septembre 2017 à 08h00 | Par Jérémie Jost

Implantation des prairies : Qui sème bien, récolte mieux !

Tour d’horizon des facteurs pouvant avoir une influence sur la qualité de l’implantation des prairies...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quatre facteurs ont des conséquences importantes sur la qualité de l’implantation : le précédent, la période de semis, la technique du semis et les conditions climatiques suivant le semis.
Quatre facteurs ont des conséquences importantes sur la qualité de l’implantation : le précédent, la période de semis, la technique du semis et les conditions climatiques suivant le semis. - © Institut de l’Elevage

Réussir l’implantation de la prairie, c’est s’assurer à (quasi) coup sûr une prairie de bonne qualité, pérenne et productive… et donc la production d’un fourrage de qualité pour les chèvres !  Quatre facteurs ont des conséquences importantes sur la qualité de l’implantation : le précédent, la période de semis, la technique du semis et les conditions climatiques suivant le semis.

Positionner son semis à l’automne ou au printemps ne se fait pas au hasard
Un semis de printemps est plus favorable aux légumineuses, mais il réduit la production de l’année du semis avec un risque accru de salissement et de pertes liées à une sécheresse printanière.

Lire la suite dans notre édition papier du 8 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui