L'Agriculteur Charentais 09 janvier 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Initiative - Créer un groupe pour échanger, sensibiliser, apprendre, être une force

En Haute Saintonge, des agricultrices ont créé un groupe pour mieux se connaître, échanger entre elles mais aussi avec les autres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Girard, technicien viticole à la Chambre d’agriculture, explique aux agricultrices l’utilisation de l’affiloir pour les sécateurs.
Michel Girard, technicien viticole à la Chambre d’agriculture, explique aux agricultrices l’utilisation de l’affiloir pour les sécateurs. - © AC

Elles sont déterminées, dynamiques, souriantes. Elles, ce sont huit agricultrices en activité, de Haute Saintonge qui ont souhaité créer un groupe, avec le besoin de se retrouver entre «professionnelles de l’agriculture». Marie-Eliane Aupy, conseillère en développement agricole et rural, de l’agence MSA de Jonzac les aide dans cette initiative. «Ce groupe est un lieu d’échanges et de progression dans nos métiers. Il nous a permis de créer des liens dans le respect et la convivialité et nous a donné l’envie d’avancer» soulignent les agricultrices. La richesse de ce groupe tient au fait aussi qu’elles ont des statuts différents (cheffe d’exploitation, conjointe collaboratrice, salariée), avec des productions diverses (vignes, grandes cultures, élevage, vente directe...) et des temps de travail différents. Un savant mélange permettant à chacune d’apporter une remarque, une interrogation, une idée, et de faire avancer le groupe.

Lire la suite dans notre édition du 10 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui