L'Agriculteur Charentais 18 mai 2017 à 08h00 | Par N.Duchiron

Installation : L’importance de se faire accompagner dans son projet

Valentine Fauvelet est une jeune viticultrice installée à Villars en Pons depuis fin 2016. Dans le cadre de son installation, elle a repris l’exploitation d’un voisin partant à la retraite.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“Si je suis venue au PAI, c’est pour avoir surtout un accompagnement et des conseils” souligne la jeune viticultrice.
“Si je suis venue au PAI, c’est pour avoir surtout un accompagnement et des conseils” souligne la jeune viticultrice. - © ND

Malgré des études «non agricoles» : Bac S et BTS NRC en alternance (Négociation et Relation Client), Valentine Fauvelet n’a jamais quitté le milieu agricole.
Un père, exploitant (bovin viande, vigne et céréale), des «coups de main» familiaux ou les emplois saisonniers, se sont toujours intercalés dès que possible dans la vie professionnelle de Valentine.
“J'ai adoré conduire des tracteurs" dit-elle, "et même si cela n'est pas très conforme j'ai quand même été acceptée comme chauffeur chez Soldive».
Après un an passé à conduire des engins agricoles pour la Société SolAction (entreprise spécialisée dans l'épandage de matières organiques ), elle a entrepris de passer son BTS NRC en alternance au Crédit Mutuel de Pons, pour envisager une carrière commerciale.
Mais la passion de l’agriculture la fait revenir en tant que salariée sur l’exploitation familiale. Les besoins sont réciproques, la jeune femme s'investit dans les différents ateliers et cela lui procure un salaire fixe en fin de mois.

Lire la suite dans l’édition papier du 12 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui