L'Agriculteur Charentais 05 octobre 2017 à 08h00 | Par Bruno OSSON

Installer une prairie de courte durée

Pour des questions agronomiques, de rotation des cultures ou pour palier à un déficit fourrager, il peut être intéressant d’envisager l’implantation de prairies de courte durée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette durée peut aller de 6 mois à 3 ans selon la situation et les besoins en fourrages.
Cette durée peut aller de 6 mois à 3 ans selon la situation et les besoins en fourrages. - © Gnis

De nombreuses espèces sont disponibles en graminées et légumineuses pour ce type de prairie. Le choix des espèces doit se faire en fonction de la période de semis, au printemps ou à la fin de l’été, de l’usage prévu et de la pérennité souhaitée.

En semis de fin d’été et d’automne
Plusieurs cas ou situations peuvent se présenter. L’éleveur devra donc choisir les espèces en fonction des critères suivants. Pour une production rapide et une destruction avant l’hiver, le trèfle d’Alexandrie, le ray-grass d’Italie alternatif ou l’avoine diploïde seront privilégiés.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 06 octobre 2017

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.