L'Agriculteur Charentais 31 mai 2018 à 09h00 | Par Laurence Guilemin

Intempéries : Accompagner, aider et écouter les sinistrés

La grêle a frappé les deux Charentes, samedi dernier, dans l'après-midi. Les vignes ont été fortement touchées, tout comme les céréales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre deux visites d'exploitations, arrêt devant un champ de colza.
Entre deux visites d'exploitations, arrêt devant un champ de colza. - © AC

Abattus mais pas vaincus, car «la passion du métier est là». Voilà en substance ce que l'on pouvait comprendre chez les agriculteurs, lundi matin, lors de la venue du Préfet, Fabrice Rigoulet-Roze sur les exploitations de Nicolas Baudry, à Clion et de Thomas Robin, à St Georges d'Antignac. Vignes et céréales totalement décimées. On peine à croire que, dans les champs, du maïs poussait. Le colza n'est guère mieux. La grêle tombée samedi 26 mai, dans l'après-midi a laissé de lourdes  séquelles. «10 minutes de grêle, c'est long.» explique Thomas Robin. «On regarde, on est impuissant. On pense à tout le travail fait et anéanti en peu de temps.» En plus des dégâts sur ses vignes (42 ha) et sur ses céréales (environ 80 ha touchés), la toiture de sa distillerie a été impactée ainsi que les tubes de jauges de ses citernes viticoles.

Lire la suite dans notre édition papier du 1er juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).