L'Agriculteur Charentais 09 juin 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

intempéries : Près de 5 500 ha de vignes touchés

L’orage de grêle du 27 mai a touché la Charente Maritime et la Charente.Près de 7 % du vignoble ont été touchées. Le point avec le BNIC et les Chambres d’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visite préfectorale en compagnie du président de Chambre 16.
Visite préfectorale en compagnie du président de Chambre 16. - © VC

Un déluge ou un mur d’eau sont les termes qui reviennent le plus souvent pour décrire l’orage de grêle qui s’est abattu sur le cognaçais le vendredi 27 mai aux alentours de 16 h 30. Les photographies et autres vidéos prisent sur le vif témoignent de l’intensité de cette super-cellule orageuse (un orage qui tourne sur lui-même) accompagnée de grêlons destructeurs d’environ 2 centimètres qu’aucune alerte météo n’avait annoncé. L’orage de grêle survenu en Charente-Maritime et en Charente le vendredi 27 mai a touché près de 5500 ha de vignes (7% du vignoble) dont environ 3000 ha à plus de 80 %. Certaines parcelles sont totalement détruites. Première liste des communes touchées et préconisations techniques. La taille des grêlons et l’intensité des précipitations ont provoqué des dégâts considérables. Les parcelles sont touchées à des degrés divers, jusqu’à la destruction totale de la végétation au coeur du couloir de grêle.

Lire la suite plus les conseils dans notre édition papier du 3 juin

50 % des viticulteurs assurés

«La réserve climatique représente 125 000 hl/AP cette année sur la région, auxquels s’ajoutent les 35 000 hl/AP stocké l’an dernier, affirme le président du Bnic. C’est très disparate et on ne peut pas dire si ceux qui ont été grêlés auront ce qu’il faut pour faire face mais de toute façon on n’atteindra pas les 10 hl/AP par hectares».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.