L'Agriculteur Charentais 21 août 2014 à 08h00 | Par Acutagri/agra

International : Moscou décrète un embargo total sur 10 % des exportations de l’Union

Après les sanctions économiques prises par l’Union, Moscou a décidé d’interdire totalement les importations de produits agricoles et alimentaires européens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Commission européenne

La Russie a décidé, le 6 août, d’interdire pendant un an l’importation de produits agroalimentaires en provenance des pays ayant adopté des sanctions économiques à son encontre. L’utilisation de l’arme commerciale, sous couvert de «protection des consommateurs», est une habitude pour Moscou qui avait déjà interdit quelques jours plus tôt les importations de viande de Roumanie et d’animaux en provenance d’Italie, de Bulgarie et de Grèce, officiellement à cause de la découverte d’un premier cas d’ESB en Roumanie. Un embargo sur les fruits et légumes polonais avait également été décrété le 30 juillet, justifié par des «violations répétées» de la validité des certificats. Cette nouvelle interdiction n’est donc pas une surprise, d’autant que Vladimir Poutine avait clairement évoqué ce type de représailles pour répondre aux sanctions économiques prises par l’UE, Etats-Unis et Canada qui manifestaient ainsi leur désaccord vis-à-vis de l’implication russe dans le conflit avec l’Ukraine. 

Coup dur pour les producteurs européens
La Russie est une grande exportatrice de céréales, elle importe également beaucoup de produits agroalimentaires européens, notamment des viandes (bœuf, porc, volaille), du poisson, du lait, des fruits et légumes et des produits transformés qui représentent 10 % des exportations agricoles et agroalimentaires de l'UE, soit 12 milliards d'euros par an (selon Eurostat). La mesure risque d’accentuer la crise des fruits actuellement traversée par les pêches et nectarines mises à mal par la concurrence espagnole. L’embargo pourrait maintenant impacter les pommes, les bananes, les tomates et les pommes de terre.
Lire la suite dans notre édition du 22 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6,7 %
Les surfaces régionales en oléagineux Progressent de 6,7 % par rapport à 2016-2017. D’après Agreste Nouvelle Aquitaine, qui a établi un premier bilan 2018, «Ce sont essentiellement les départements du nord de la région qui portent cette hausse : Vienne (+ 17, 5%), Deux-Sèvres (+ 8 %) et Charente-Maritime (+ 7,6 %).»

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui