L'Agriculteur Charentais 17 septembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Interview Patrick Soury

Le secrétaire général de la FNO parle de la crise et ses incidences pour les ovins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © A.M.

Alors que le monde de l’élevage manifestait à Paris qu’en est-il de la situation de la filière ovine qui semble épargnée par la crise ?


Depuis le début de l’année, la production ovine est plutôt bien. On souffre depuis 3 mois d’une baisse saisonnière plus accentuée que les années précédentes qui est liée au contexte général et à une baisse de consommation. Même si globalement, les cours ovins vont dans le bon sens il faut être attentif car nous sommes dans une situation de convalescence. Il s’agit notamment de ne pas franchir cette barre psychologique des 6 €/kg payés aux producteurs que l’on a franchi cet été. Il ne faudrait pas anéantir le travail qui a porté ses fruits. C’est pour cela qu’on est vigilant afin de ne pas détruire cette image positive que l’on doit continuer à porter pour attirer des porteurs de projets. Nous représentons 40 % de la consommation française. Nous avons des signes de qualité qui tirent les prix vers le haut. Nous avons des perspectives de développement mais cela ne peut passer que si on a une stabilité et une lisibilité des prix.
Les prix sont déjà en train de remonter…


Nous aurons peu de production dans les semaines qui viennent. On arrive dans le creux de production du 4e trimestre qui n’est pas sans difficulté pour honorer des contrats, notamment dans les signes officiels de qualité. Les éleveurs ont déjà fait beaucoup de progrès en terme de régularité. Il faut continuer dans cette voie mais le prix payé doit être à la hauteur du coût de production supérieur nécessaire pour produire de l’agneau en hiver.
Quel impact aura la grande Région sur l’avenir de la production ovine ?


Nous serons la première région en ovin allaitant et la deuxième en ovin lait. Nous avons pu échanger avec Alain Rousset. Quelque soit le résultat des Régionales, je pense que l’ensemble des candidats est dans une logique de capter de la valeur ajoutée sur le territoire et cela ne peut passer que par une production de qualité, particulièrement en ovin.
Quel est l’avenir du salon Tech Ovin ?


C’est un peu prématuré pour savoir avec précision ce qu’il en sera. Les présidents de Régions ont fait savoir que la manifestation continuerait d’être organisée à Bellac. Faut-il encore qu’ils honorent leur engagement dans l’accompagnement financier que cela nécessite. C’est compliqué d’arriver à boucler un budget. Pour nous la FNO, au-delà de la question du lieu, Tech Ovin doit perdurer car c’est l’événement majeur ovin, en allaitant. Il est indispensable pour Inn’Ovins et la Reconquête Ovine. On sera attentif à ce qu’il y ait une continuité. Cette année a été une belle édition par son affluence.


Propos recueillis par Alexandre Merlingeas

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
183 000 hl
D’après les donnees des contrats d’achat a  finoctobre 2016, les transactions en vrac de vins deFrance SIG et de vins IGP reculent par rapporta  la campagne 2015- 2016 pour les vins rougeset blancs et progressent en roses (apre s unecampagne particulie rement faible). Toutes couleurs confondues, les volumes de ventes sontlege rement inferieurs a  la campagne precedenteen vins AOC avec une stabilite des ventes enrouges et une baisse en blancs et roses.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui