L'Agriculteur Charentais 23 juin 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Intiative : Etre acteurs du paysage avec des agriculteurs locaux

Quand la volonté des hommes va au delà des clivages, des actions peuvent éclore. Exemple à St Loup, dans la vallée de la Trézence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Judicaël Richard, Sylvain Perrier et Jean-Claude Querré collaborent ensemble dans le respect et le dialogue.
Judicaël Richard, Sylvain Perrier et Jean-Claude Querré collaborent ensemble dans le respect et le dialogue. - © AC

Sur ce site majestueux, situé à St Loup, les 30 brebis de race charollaise et vendéenne de Judicaël Richard sont dans un havre de paix, de 3 ha,  sur des coteaux calcaires. Cette situation a pu se réaliser grâce à la volonté et à l’initiative de Sylvain Perrier, agriculteur à St Loup : «Nous sommes dans la vallée de la Trézence. Le Conseil général est propriétaire en tout d’environ 1 060 ha. Ici 860 ha sont loués à des agriculteurs du secteur. Nous sommes sur un espace naturel sensible à forte biodiversité». Et parce que cet espace est singulier de par cet aspect-là, que la Société Française d’Orchidophilie Poitou-Charentes et Vendée est partie prenante dans cette aventure.

Lire la suite dans notre édition papier du 17 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui