L'Agriculteur Charentais 20 octobre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Invasion locale de punaises

Depuis trois semaines, des punaises sont observées dans les parcelles de colza. Les lieux concernés se sont multipliés enPoitou Charentes et en Vendée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Foyer de larves de punaises.
Foyer de larves de punaises. - © Terres Inovia

Le phénomène est impressionnant car les plantules de colza dessèchent sans aucun autre symptôme apparent. Les attaques commencent majoritairement par la bordure d’une parcelle puis progressent vers l’intérieur du champ au fur et à mesure que les colzas dépérissent. Cela ne concerne que quelques parcelles pour chacun des secteurs, sans qu'on puisse l’expliquer, mais conduit à la destruction partielle ou totale de la culture. Le premier signalement date du 20 septembre dans le secteur de Saint Hilaire la Palud (79) puis de Sainte Soline. Les lieux concernés se sont multipliés sur Brioux sur Boutonne (79), Brux et Couhé (86), Dompierre sur mer et La Jarrie (17), Fontenay le Comte (85) puis Aigre (16) et concernent le Poitou-Charentes et la Vendée.
Des individus ont été envoyés à un laboratoire d’entomologie le 26 septembre qui a confirmé le diagnostic : il s’agit de larves de punaises de la famille des Lygéidés du genre Nysius.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 14 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.