L'Agriculteur Charentais 26 février 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Invignez-vous

On mélange tout : alcoolisme et dégustation, propagande et initiation, patrimoine et comportements déviants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les ravages de la loi Evin ne sont que la face cachée de l’iceberg anti-alcool : voile dit pudique d’une «morale» d’une «société hygiéniste parfaite.» Les mots sont de Jacques Dupont, journaliste et testeur patenté à l’hebdomadaire Le Point. Il était invité de l’assemblée générale des producteurs de vins de pays charentais. Et son discours décoiffe. Du style, «les hygiénistes ne cessent de dénoncer ce lobby alcoolier» ou «à qui profite cette chronicisation de nos maux», «scientistes étroits.» Il a la dent dure. Et comme les offensives se multiplient, il redouble de virulence : «la loi de santé publique en préparation fait sortir du bois tous ceux qui rêvent de la société hygiéniste parfaite, médicalisée à souhait, celle qui remplace la lutte contre la misère, les inégalités, la solitude ou le chômage par le combat contre les substituts que l'homme s'invente pour oublier sa condition. Pour ces gens-là, c'est l'alcool qui crée l'alcoolique, et non le reste.» C’est sans détour, comme un bélier dans le pack d’avants des ligues antialcooliques. «Supprimons l'alcool, interdisons sa diffusion sous toutes ses formes et on supprimera l'alcoolisme. Simple, comme toute vision totalitaire de la société qui s'attaque aux conséquences visibles, et jamais aux causes complexes !» Typique d’une survivance de l’imagerie populaire du XIX ième siècle : «le dieu alcool est d’une puissance formidable. Sont à sa solde des armées  de producteurs, distillateurs, bouilleurs de crus, débitants. Ils ont su réaliser l’unité d’un commandement occulte» écrivait Raoul Brunon, leader antialcoolique en… 1916. (1)

Lire la suite dans notre édition du 27 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui