L'Agriculteur Charentais 21 avril 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Irrigation : 16 millions de mètres cubes passent à l'instruction pour être stockés

Les dossiers des retenues s'apprêtent pour certains bassins à prendre le parcours des administrations. En vue, les chantiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des dizaines de réserves de substitution vont voir le jour en 2017.
Des dizaines de réserves de substitution vont voir le jour en 2017. - © AC

Les réserves seraient-elles en passe de prendre une phase concrète ? A écouter les acteurs des ASA, du syndicat des réserves d'eau, l'administration, la Chambre d'agriculture, le mouvement serait enclenché. Déjà l'assemblée générale de l'ASA Boutonne, le mois dernier, donnait le La. Les dossiers, une fois le contrat de territoire finalisé, pourraient aboutir vers une déclaration d'intérêt général et un bouclage en fin d'année pour un premier coup de pelle en 2017. Certes, la décision du tribunal de Poitiers sur l'ASA de Benon avait ralenti les ardeurs, mais la confiance dans le process actuel de montage des dossiers est de mise. En empilant les études pour les projets de réserves dans chaque bassin, des milliers de pages, la gestion de l'irrigation est en mouvement après quelques années d'inertie, ou plutôt «d'études qui complètent l'étude.» Selon Valentin Pommier, l'un des agents de la Chambre d'agriculture 17 chargé de ce dossier de la création de ressources, la phase de collation des données sur les bassins est passée. Boutonne, Aunis sont dans la dernière ligne droite. Après c'est plus complexe pour Charente-Aval, Seugne. Et c'est surtout retour à la case départ pour la Seudre.

Lire le dossier complet : Syres, Chambre, ASA, l'interview de Françoise de Roffignac dans l'édition papier du 15 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui