L'Agriculteur Charentais 05 février 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Irrigation : 2014 : année de recharge de la ressource en eau

Évidemment, personne ne sera surpris d’entendre que l’année 2014 a été largement positive pour la ressource en eau.Malgré un déficit en fin d’année, les rechargent se font actuellement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

La meilleure situation depuis 1993. Dans son bilan final de l’étiage 2014 en Poitou-Charentes, l’ORE (observatoire régional de l’environnement) détaille les pluviométries abondantes, qui ont permis de remplir régulièrement les nappes souterraines (87,3 % des stations de suivi affichant un niveau supérieur à la moyenne), et une situation d’ensemble d’écoulement des cours d’eau plutôt favorable. À l’échelon national, la tendance est la même : 78 % des nappes phréatiques affichent en effet un niveau normal à supérieur à la normale. Si les situations les plus favorables se situent dans les aquifères de la Vallée du Rhône, les nappes crayeuses du Nord-Pas-de-Calais, les aquifères karstiques et nappes alluviales de PACA et les aquifères du Languedoc-Roussillon, des niveaux légèrement inférieurs à la normale sont à noter dans la grande majorité du bassin Parisien, le sud de la Vendée, les aquifères du Périgord et du bassin Angoumoisin ainsi que les nappes plioquaternaire Aquitain. «Les pluies ont été abondantes et l’irrigation a donc été très rare» se félicite Louis-Marie Grollier. Le président d’Aquanide ajoute que cette situation de pluies abondantes dure depuis deux ans, ce qui a permis de largement améliorer la situation.

Lire la suite du dossier irrigation dans notre édition du 6 février

- © AC

Dernier état des lieux

Selon le site Eau en Poitou Charentes, depuis le mois de novembre, on observe une augmentation du nombre de piézomètres situés en dessous de la moyenne, qui s'intensifie en décembre. La recharge des nappes, enclenchée au début de l'automne, semble s’être ralentie en lien avec les faibles précipitations de novembre et de décembre. Au 31 décembre 2014, 39 piézomètres présentent un niveau inférieur à la moyenne interannuelle, soit 33,3% du parc tous types de nappes confondus (contre 14,5% fin novembre). 66,7% des piézomètres indiquent des niveaux proches ou supérieurs à la moyenne, contre 85,5% fin novembre ; dont 2,6% supérieurs aux maxima, et 32,5% proches de la moyenne. Fin décembre, 58 piézomètres indiquent une hausse par rapport au mois précédent et 59 une baisse. Au 31 décembre, la situation de 2014 se situe au 7ème rang des situations les plus favorables de ces treize dernières années, derrière 2012, 2013 et 2002. Pour les nappes libres, 63% des piézomètres sont proches ou supérieurs à la moyenne de plus de 5% (82,7% fin novembre), dont 37% proches de la moyenne ; 30 piézomètres sont inférieurs à la moyenne (37%). Pour les nappes captives, 75% des niveaux piézométriques sont proches à supérieurs à la moyenne de plus de 5% (91,7% fin novembre), dont 8,3% supérieurs aux maxima enregistrés et 22,2% proches de la moyenne ; 9 piézomètres sont inférieurs à la moyenne (25%).En Charente-Maritime, la situation s'est aussi dégradée par rapport à fin novembre : on compte 78,6% de piézomètres proches à supérieurs à la moyenne (contre 89,3% fin novembre) ; 46,4% sont proches de la moyenne ; 21,4% se situent en dessous de la moyenne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).