L'Agriculteur Charentais 01 février 2018 à 01h00 | Par Bernard Aumailley

Irrigation : 23 réserves envisagées sur la Boutonne pour moins prélever

Depuis des décennies que l’on en parle, que les irrigants espèrent, que l’équilibre est recherché, l’avant-dernière phase, avant travaux, se profile.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La localisation des 23 réserves sur le bassin de la Boutonne.
La localisation des 23 réserves sur le bassin de la Boutonne. - © AC

Il y a eu (car c’est bien un passé qu’il faut employer) des études, nombreuses, menées par l’ASA Boutonne pour installer sur le bassin de la Boutonne moyenne et aval des «bassines.» D’études de faisabilité, en études techniques, puis en études d’impact, l’ASA Boutonne, partie prenante dans le projet a discuté, parlementé, défendu l’idée, puis les options, puis encore les techniques dans et hors du SAGE. Elle a financé d’autres études pour apprécier les impacts sur les milieux, sur la faune, la flore, sur l’économie locale et agricole. Puis la CLE a écrit un projet de territoire pour fédérer tous les acteurs autour de l’eau du bassin pour décliner les actions à entreprendre.

Lire la suite dans notre édition papier du 2 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.