L'Agriculteur Charentais 06 février 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Irrigation - J’irrigue parce que je suis éleveur et inversement

Il exploite en Gaec les terres de plaine autour de Saint Pierre d’Amilly pour sécuriser la production de fourrages pour l’atelier laitier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacky Fallourd
Jacky Fallourd - © AC

C’est sa conviction : sans irrigation, point d’élevage laitier sur l’exploitation, dans les plaines sèches de Mauzé sur le Mignon. Jacky Fallourd déballe tout. Une transparence qu’il veut pour servir la cause de l’irrigation. Selon lui, irriguer des fourrages, c’est ni plus ni moins que permettre à son entreprise agricole d’exister. 75 vaches laitières (170 UGB),  193 ha dont 148 en Charente Maritime, le reste en Deux-Sèvres. 80 ha en surfaces fourragères, «un choix important pour être autonome» dont 50 irriguées et 127 ha de cultures de vente, dont 31 ha irriguées. Adhérent de la coopérative de l’eau, une structure deux-sévrienne, il préside l’association des irrigants du Mignon sur la Charente-Maritime puisqu’il irrigue des terres  dans le bassin du Curé. D’année en année, il voit bien que le maintien de l’élevage passe par la production fourragère dans le Gaec, «Vu qu’ici, il y a zéro pâturage.» Inscrit dans un projet de retenue qui verra le jour en 2018, il place tout dans cet objectif, faisant le gros dos des années durant, au rythme des restrictions, des arrêts ou des pluies estivales. Rien d’un discours propagandiste dans sa bouche. Chiffres en main, il détaille : «l’irrigation sur l’exploitation, c’est 20 500 €, soit 254 €/ha.» Il simule son exploitation sans eau : 134 t de matières sèches en moins. «On les prend où ? Aux alentours ? A 40 kms ? A quel surcoût pour l’exploitation ? 21,4 K€ à trouver, une baisse du chiffre d’affaires de 72 K€, un salaire qui chute à 18 K€/an et une UTH qui disparaît. »

Lire la suite dans notre édition du 7 février

Un grand salon en septembre

Ce sera, selon la nouvelle association Aquanide, une première en France : un salon national de l’irrigation. Organisé conjointement par la fédération des irrigants de France et l’association régionale Aquanide, il aura lieu à Saint Pierre d’Amilly (près de Mauzé/Mignon) le 23 et 24 septembre prochain. Pour Louis Marie Grollier, président d’Aquanide, «cet événement est une formidable opportunité de réunir la profession et de communiquer sur les métiers de l’irrigation et le stockage de l’eau.» Le public visé est celui du monde agricole, des irrigants bien-sûr, mais aussi le grand public et les scolaires. 20 ha sont prévus à cet effet, proche d’une réserve d’eau, avec des exposants (semenciers, organismes stockeurs, banques, assurances, fournisseurs d’énergie. Ce sera la «grande fête de l’eau» où des personnalités d’envergure nationale sont attendues, pour des rencontres et des conférences.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui