L'Agriculteur Charentais 06 mars 2014 à 08h00 | Par Adrien Louradour

Irrigation - Joker, je demande l’avis du public !

Cette année, elle se négocie par deux habituels arrêtés cadre. Suite à une nouvelle loi, ces 2 arrêtés sont mis à la consultation du public jusqu’au 12 mars. Il est temps d’agir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Alors que les pluviomètres se remplissent à vue d’oeil, les rivières sont en crue et l’on ne peut à peine pénétrer dans les champs. «C’est pourtant en ce moment qu’est en train de se prévoir la gestion de notre campagne d’irrigation 2014. Ce serait plutôt le moment de stocker de l’eau !» déclare Adrien Louradour, membre de l’Acime en Charente Maritime. Deux arrêtés cadre, comme d’habitude, un structure, l’autre conjoncturel.  L’arrêté structurel fixe les baisses de volume individuel par bassin pour cette année. L’arrêté conjoncturel fixe, quant à lui, la gestion de la campagne 2014 en fonction de l’atteinte des seuils (débitmètre ou piézomètre) sur chacun des bassins.  Ces 2 arrêtés sont encore en projet. «L’administration dira qu’ils ont été négociés avec nos représentants ( ACIME, chambre d’agriculture) mais doutez-vous bien que la part de négociations est quasi nulle !» Adrien Louradour revient sur les volumes prélevables (2015 pour certains, 2017 ou 2021 pour d’autres). Et en corrolaire les «baisses progressives» pour selon l’administration, «s’adapter.»  Il invite à consulter sur le site de la préfecture les tableaux de diminution : «dans ce tableau, c’est un peu comme pour les résultats du bac, le plus dur est de se retrouver dans la liste pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé. Il faut le dire : suite aux délimitations hydrologiques en 2014 et où les changements de bassin en ont fait gronder plus d’un, ce tableau est une véritable usine à gaz. Pourquoi ces délimitations n’ont pas été faites en 2006, comme dans nos départements voisins ? Divisez pour mieux régner, diront certains.»Il poursuit : «sous prétexte d’harmonisation régionale, toujours synonyme de contraintes supplémentaires, notre administration nous prévoit une gestion à la semaine pour 2014. Cet été, nous allons devoir relever nos compteurs tous les mardis à 8 heures précises ! De plus, dès l’atteinte des seuils d’alerte, on nous prévoit un «saucissonnage  hebdomadaire de notre volume, bien entendu non reportable d’une semaine à l’autre.» Sous la pluie,  le volume est perdu !

Lire la suite dans notre édition du 7 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui