L'Agriculteur Charentais 07 juillet 2016 à 08h00 | Par AC

Irrigation :le bassin du Mignon en alerte

A compter du mercredi 06 juillet 2016, le bassin du Mignon passe en alerte d’été, suite à un arrêté du Préfet de la Charente-Maritime. Les mesures sont gérées dans le cadre du protocole de gestion de l’Etablissement Public du Marais Poitevin (EPMP) conclu avec les Chambres d’agriculture de Charente-Maritime, Deux- Sèvres et Vendée et se traduisent par la mise en place d’un dispositif de limitation des prélèvements des irrigants (le volume fractionné à la quinzaine ne peut plus être ni reporté, ni anticipé). La gestion de l’eau vise à définir des seuils de surveillance afin d’anticiper les situations de sécheresse. Ainsi, la période estivale, qui s’étend, sur le périmètre de l’EPMP, du 20 juin au 23 octobre 2016, comporte trois seuils. Un premier seuil d’alerte dont le franchissement traduit un fléchissement de la ressource, un second seuil d’alerte renforcée dont le franchissement est le signal d’un risque de crise probable et un troisième seuil de «coupure» qui déclenche un arrêt total des prélèvements non-prioritaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.