L'Agriculteur Charentais 11 juin 2015 à 08h00 | Par Jean-Pierre Bonnifet - Thibaud Deschamps

Irrigaton : Début de campagne d’irrigation des maïs

Arvalis Poitou-Charentes donne des conseils sur la conduite à tenir pour l’irrigation du maïs, en début de campagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’augmentation du coût de l’énergie fragilise ce type de matériel qui demande une pression élevée à l’entrée de l’enrouleur.
L’augmentation du coût de l’énergie fragilise ce type de matériel qui demande une pression élevée à l’entrée de l’enrouleur. - © AC 17

permis de reconstituer les réserves en eau des sols, en totalité ou en partie selon les secteurs. En revanche, conséquence du manque de précipitations depuis début mai, de l’élévation des températures et de l’augmentation des besoins en eau des maïs, la réserve facilement utilisable est proche de l’épuisement en sols superficiels. Or les maïs arrivent ou ont dépassé le stade 10 feuilles, stade marquant le début de la période de valorisation de l’eau d’irrigation en cas de déficit hydrique.

Lire le dossier complet, le niveau des nappes, les volumes prélevés et les nouveaux matériels dans notre édition du 12 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui