L'Agriculteur Charentais 02 juillet 2015 à 08h00 | Par JA

JA 17 : Partagez vos marges, parce que nos éleveurs le valent bien !

Une action régionale a été menée, dans la nuit du 24 au 25 juin.Fumier, bottes de paille et palettes ont été déposés devant deux enseignes. La colère gronde de plus en plus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Poitou-Charentes, les JA se sont mobilisés pour demander du concret et des prix rémunérateurs pour les éleveurs.
En Poitou-Charentes, les JA se sont mobilisés pour demander du concret et des prix rémunérateurs pour les éleveurs. - © JA

Deux actions dans le département, dans la nuit du 24 au 25 juin, ont été menées par les Jeunes Agriculteurs de Charente Maritime. Rendez-vous était pris à Saintes et à Jonzac. «Nous avons déversé des remorques de fumier devant les quais de livraison au Super U à Saintes. A Jonzac, une dizaine de jeunes agriculteurs a déposé des bottes de pailles et des palettes àl’Intermarché» raconte Jean-Philippe Cholet, le président JA 17, qui souligne la bonne participation et la motivation de ses adhérents. «A travers cette opération, nous avons voulu faire comprendre notre ras le bol, aux grandes surfaces, de la mauvaise répartition des marges.» rajoute-t-il. Le réseau Jeunes Agriculteurs Poitou-Charentes s’est mis en ordre de marche pour maintenir la pression sur la distribution en lançant des actions de blocage sur tout le territoire et participe à la mise sous surveillance des acteurs des filières animales

Lire la suite dans notre édition du 3 juillet

Boycott de la cdoa : Dialogue franc avec la préfète

FNSEA17, JA 17 et chambre d’agriculture avaient protesté face à la gestion, non-conforme aux avis et aux règlements, des dossiers. A cette fin ces organismes, via leurs représentant, ont  rencontré la préfète. Les responsables agricoles sont venus rappeler leur divergence avec l’administration sur l’interprétation du contrôle des structures et les avis de la CDOA. Les syndicats agricoles n’acceptent pas que les avis de la CDOA ne soient pas respectés. Ainsi l’administration a avoué à demi-mot son erreur et s’est engagé à ce que cela ne se reproduise plus. La FNSEA17 a redemandé la mise en paiement rapide des soldes de MAE 2014. La Préfète s’est réengagée à ce que toutes les mises en paiement soient faites au 30 juin. Ainsi tous les adhérents, pour qui cela n’est pas le cas, doivent le faire remonter à la FNSEA17. Par contre pour ce qui est de l’assurance récolte 2014, la DDTM n’annonce toujours pas de date de mise en paiement. Ce que les syndicats ont fortement dénoncé, tout comme les formulaires papier complémentaires sur l’aide supplémentaire assurance récolte et l’aide à la trésorerie PAC 2015. Pour François Avrard « c’est une aberration ! On nous pousse à la télédéclaration et on nous demande des papiers supplémentaires à tout bout de champ ». Pour ces 2 aides exceptionnelles, la procédure n’est pas publiée, mais l’administration s’est engagée à travailler pour simplifier les démarches. Concernant la campagne PAC 2015 en général, une réunion de travail aura lieu en juillet pour travailler en amont de la phase d’instruction et anticiper les problèmes liés à cette nouvelle réglementation, encore un peu floue. Les agriculteurs ont aussi profité du rendez-vous pour reparler des difficultés des filières. Ils ont aussi dénoncé les surcoûts facturés par les banques. Les retards de paiement MAE et assurance récolte ont engagé des frais bancaires, qui plombent encore un peu plus les trésoreries déjà mises à mal. La Préfète envisage de convoquer les banques et la MSA en septembre. Pour les éleveurs spécialisés bovins et porcins va se mettre en place un fonds d’allègement de charge.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui