L'Agriculteur Charentais 02 avril 2015 à 08h00 | Par Guillaume de Werbier

JA Poitou Charentes : De la réactivité à la Commission européenne !

Ils demandent que la Commission européenne valide les modalités d’attribution des aides à l’installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les JA Poitou-Charentes n’acceptent pas que les dossiers d'aides à l'installation ne puissent pas être validés, faute d'engagement juridique.
Les JA Poitou-Charentes n’acceptent pas que les dossiers d'aides à l'installation ne puissent pas être validés, faute d'engagement juridique. - © VR

Les candidats à l’installation ignorent toujours le montant et la date à laquelle ils pourront s’installer et percevoir leurs aides. Les Jeunes Agriculteurs Poitou-Charentes déplorent le manque de coordination entre l’État, la Région et la Commission européenne concernant le dispositif d’aide à l’installation. «Les nouveautés du dispositif 2015 de la DJA portaient sur de nouveaux critères de modulation régionaux, et sur une instruction des dossiers à l’échelon régional (la Région étant la nouvelle autorité de gestion)», exposent Guillaume Mandin et Armand Roquier, respectivement président et responsable Installation au sein des JA Poitou-Charentes. «La France et les Régions avaient 18 mois pour rendre leur copie à l’Europe. Au 1er janvier dernier, la Commission européenne n’avait toujours pas donné son accord…» Tout devait pourtant être en place en ce début d’année pour pouvoir valider les installations avec un cadre validé par l’Europe. Les jeunes agriculteurs commencent à s’impatienter. «En septembre 2014, des critères de modulation ont été proposés par la Profession et le Conseil régional Poitou-Charentes. On attendait un retour de la Commission européenne pour savoir si on pouvait instruire sur cette base-là. Il y a un mois, en CRIT, le Conseil régional nous a dit que sous 15 jours, les jeunes concernés allaient recevoir un courrier leur signifiant la validation de leur installation, leur montant d’aide, les prêts bonifiés. C’est un courrier important puisqu’il valide un statut», soulignent les deux responsables syndicaux.

Lire la suite dans notre édition du 3 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui