L'Agriculteur Charentais 06 février 2014 à 08h00 | Par JA17

JA - Se nourrir ou construire

Samedi dernier, les Jeunes Agriculteurs des cantons de Haute-Saintonge ont remis les bénéfices de leur action syndicale à la Banque Alimentaire et aux Restos du Cœur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Jeunes Agriculters se mobilisent
Les Jeunes Agriculters se mobilisent - © JA17

Les Jeunes Agricuteurs des cantons de Haute-Saintonge ont mené une action syndicale pour la préservation du foncier agricole, en dénonçant le gaspillage des terrains en attente de construction. Avec l'accord de la municipalité de la ville de Jonzac, ils ont pu disposer temporairement d'une parcelle de près de 4 hectares faisant partie d'un projet de lotissement. Au printemps, les jeunes agriculteurs ont emblavé ce terrain laissé en jachère depuis plusieurs années avec une culture de tournesol. Hélas, la culture a été entièrement détruite par des pigeons. Les JA ont décidé de ressemer la parcelle en maïs. Ils ont fait appel à leurs partenaires pour la fourniture des semences, des engrais, des herbicides (Charentes Alliance, Soufflet Atlantique, Hermouet et Pallissier) et du GNR (Ets Renaud Didier). Début décembre, la parcelle a été moissonnée et la récolte s'est élevée à 23 tonnes soit 18 tonnes après séchage. Les JA ont organisé samedi dernier, à Jonzac, la remise des chèques correspondants aux bénéfices de l’action aux deux associations alimentaires : La Banque Alimentaire et les Restos du cœur. A cette occasion, les Jeunes Agriculteursont tenu à remercier l’ensemble des partenaires de l’opération en organisant un pot de l’amitié. Pierre Fedon, président nouvellement élu des Jeunes Agriculteurs du canton de Jonzac, a introduit la rencontre en rappelant les tenants et aboutissants de l’action puis la parole a été donnée aux représentants des deux associations alimentairesAprès avoir rappelé le contexte socio-économique difficile qui plonge bon nombre de familles dans le besoin, la vice-présidente de l’entraide caritative cantonale de la Banque Alimentaire a tenu à remercier les JA «pour leur sensibilité » qui lui a fait «chaud au cœur», confie-t-elle. Le don va probablement permettre la distribution de paniers de la mer (issus de la solidarité des marins) sur le canton de Jonzac.En ce qui concerne les Restos du cœur, le don sera mutualisé à l’échelle départementale. Philippe Cabrit, adjoint au Maire de Jonzac,  a assuré que cette dernière «était très fière d’avoir mené cette action avec les JA ». Le partenariat est d’ailleurs reconduit pour la nouvelle campagne puisque du blé a été ressemé dans la parcelle.A travers cette action, les jeunes agriculteurs souhaitent dénoncer le gaspillage des terres agricoles au profit de l’urbanisme. «Pour rappel, en France, nous perdons en foncier agricole l’équivalent d’un département tous les 7 ans.» L’accès foncier étant le problème majeur pour l’installation des jeunes, les jeunes agriculteurs de Charente-Maritime ont décidé de consacrer leur assemblée Générale, le 28 février prochain, à ce thème en organisant une table-ronde intitulée : «La gestion du foncier agricole : se nourrir ou construire il faut choisir.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui