L'Agriculteur Charentais 03 juillet 2014 à 11h19 | Par Karine LABAT

JA17/FNSEA17 : Priorité à l’installation

Une action a été menée à Marans. Pour eux : «pas d’autorisation d’exploitation, pas le droit de récolter».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A l’aube, des adhérents JA 17 et FNSEA 17 se sont retrouvés sur une parcelle à Marans, occupée illégalement par un exploitant.
A l’aube, des adhérents JA 17 et FNSEA 17 se sont retrouvés sur une parcelle à Marans, occupée illégalement par un exploitant. - © JA

Jeudi 26 juin à l’aube, une quarantaine d’adhérents JA 17 et FNSEA 17 se sont retrouvés sur une parcelle de presque 12 ha occupée illégalement par un exploitant de la commune de Marans. Avec l’accord du propriétaire, il cultive cette parcelle sans aucune demande préalable d’autorisation d’exploiter alors que celle-ci a été attribuée à un jeune qui souhaite s’installer.Trois tracteurs équipés de broyeurs et charrue ont fait quelques allers-retours dans la parcelle de blé. «Ceci n’est qu’une action de mise en garde» prévient Jean-Philippe Chollet, président du syndicat des Jeunes Agriculteurs. «Nous ne détruisons pas une culture avec plaisir, nous aurions préféré reverser les bénéfices de la moisson à une association caritative» rajoute Cédric Vigneron, Secrétaire Général des JA.Suite à cette première action «symbolique» comme le précise Jean-Jacques Gaucher, secrétaire Général de la FNSEA 17, le convoi s’est déplacé sur une autre parcelle de la commune de Marans occupée de la même façon, en toute illégalité. Cette fois-ci, l’exploitant est enclin au dialogue, les tracteurs n’entreront pas dans les champs. Ce dernier a accepté de rejoindre le convoi sur la parcelle, un dialogue a donc pu être engagé. Avec l’accord du propriétaire, il a mis en culture la parcelle mais avait demandé parallèlement une autorisation d’exploiter. Celle-ci lui a été refusée au profit d’une installation aidée mais la culture étant en place, il a décidé de la mener jusqu’au bout.

Lire la suite dans notre édition du 4 juillet

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
729 kms
La Pologne veut ériger une haie de 729 kms contre les sangliers le long de ses frontières avec l’Ukraine et la Biélorussie, pour lutter contre la propagation de la peste porcine africaine. C’est ce que vient de déclarer la vice-ministre polonaise de l’agriculture, Ava Lech. La haie doit empêcher des sangliers atteints par la peste porcine africaine de traverser la frontière. Sa construction est estimée à 24 M €. Les infections ne cessent de se multiplier en Pologne. Elle en est au 15ème cas de foyers découverts cette année.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui