L'Agriculteur Charentais 18 décembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Jean-Pierre Secq : Le diplomate du lait

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

L’association centrale des laiteries, c’était lui, depuis cinq décennies : Jean-Pierre Secq. Installé là dans la fin des années 60, il a tenu la barre, au milieu des restructurations, des tempêtes, des accalmies, de ce microcosme bien particulier de la filière laitière. Dans un bassin, qui prône fièrement sa petite vache emblématique AOC, les tensions, les ententes, les directions divergentes et convergentes, les oppositions furent légion. Avec un détachement affiché, mais une réelle implication dans la manœuvre, Jean-Pierre Secq, le surgérien, s’est fait diplomate de carrière, 40 ans durant. On a en mémoire les réunions houleuses, dubitatives, enthousiastes entre éleveurs et présidents de coopératives ou d’entreprises laitières. Facilitateur de dialogue, mais ferme dans ses convictions, Jean-Pierre Secq «roulait» pour la coopération. Toujours. Un regret, parmi tant d’autres, que l’hypothèse d’union coopérative n’est pas aboutie, il y a quelques années, option qu’il défendait aux côtés d’un Jean-Pierre Raffarin.

Lire la suite dans notre édition du 19 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui