L'Agriculteur Charentais 02 mars 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Jeunes Agriculteurs 17 : Préparer les agriculteurs de demain

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Julien Rouger
Julien Rouger - © AC

Lors de l’assemblée générale de JA17, Pierre Clément Cassagrande, secrétaire général en retraçant l’activité du syndicat jeune fustigeait un peu les lenteurs de l’administration à prendre en compte la réalité agricole ou bien mettait en exergue la récente action pour pointer les «vautours» dans la région délimitée. De son côté, le président de JA 17, Julien Rouger, estimait 2016 «une année chargée» entre chute des prix du lait et de la viande, des céréaliers, la mauvaise répartition des marges. «Est-ce normal que les producteurs travaillent à perte ? Alors que d’autres maintiennent leurs marges ?» Il veut que toutes les filières «vivent de leur métier.» Il s’interrogeait sur la présence de l’Etat «enlisé» dans la gestion catastrophique des dossiers PAC. «Personne ne s’y retrouve !» Pour lui, la planche de salut reste dans la qualité française assortie de la valorisation. «Mais plus blanc que blanc a un prix !»

Lire la suite dans notre édition papier du 24 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui