L'Agriculteur Charentais 18 février 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Jeunes agriculteurs : Faites votre jeu, rien ne va plus !

Remuants comme à l’ordinaire, truglions, iconoclastes, cherchant des pistes d’avenir...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Conseil d’administration, quelque peu masculin encore, note aussi un renouvellement des JA, creuset du syndicalisme agricole.
Conseil d’administration, quelque peu masculin encore, note aussi un renouvellement des JA, creuset du syndicalisme agricole. - © AC

Ils ne seraient pas JA s’ils ne gardaient pas cette «liberté» de ton, admise pas tous, corrosive, sans embage. Admise sauf par le préfet qui concluant leur assemblée générale, vendredi dernier, à Saintes, trouver qu’ils n’y allaient pas par le dos de la cuillère, critiquant une administration tatillonne, perdu dans les photos satellites, rajoutant couches sur couches de réglementation, fustigeant comme le fit Cédric Tranquard le secrétaire général, «un ministre pas à la hauteur des crises.» Ils ne seraient pas JA si le récit qu’ils font de leur année «syndicale» n’était pas émaillé de photos amusantes, qui brocardent les uns et les autres, si le récit n’était pas empreint d’humour, de petites phrases piquantes. C’est la marque de fabrique JA.

Lire la suite dans notre édition papier du 12 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).