L'Agriculteur Charentais 27 mars 2014 à 10h21 | Par CP

Jeunes Agriculteurs - Financer les outils de production avec des capitaux extérieurs

Le financement des installations était le thème de l’assemblée générale de JA Poitou-Charentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Miser d’abord sur la valeur économique des outils de production plus que sur leur valeur patrimoniale.
Miser d’abord sur la valeur économique des outils de production plus que sur leur valeur patrimoniale. - © CP

«Le renouvellement des générations passera par l’accueil de jeunes non issus du milieu agricole». En formulant ces quelques mots, Gaël Gautier, secrétaire général de JA National posait indirectement des guillemets autour du mot familial, symbole du modèle d’agriculture défendu par Jeunes Agriculteurs. «Nous voulons d’une agriculture qui soit intermédiaire entre l’agriculture de firme et l’agriculture de subsistance», situait l’intervenant. Jeudi 20 mars, lors de l’assemblée générale du JA Poitou-Charentes, organisée aux Ruralies, tout le monde s’accordait sur le fait qu’à l’avenir, celle-ci devrait trouver des alternatives aux seuls capitaux familiaux. «Pour favoriser l’installation de tous ces jeunes qui s’intéressent à notre métier et dont les moyens de production ne sont pas entre les mains de leurs ascendants, nous devons trouver de nouveaux moyens pour financer les outils».

Lire la suite dans notre édition du 28 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui