L'Agriculteur Charentais 22 juin 2017 à 08h00 | Par Actuagri

Jeunes Agriculteurs :

A Dunkerque du 6 au 8 juin, ils ont dévoilé leurs propositions pour assurer la durabilité d’un secteur qui fait face, depuis plusieurs années, à la conjonction des aléas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’outil d’assurance coûte aujourd’hui cher et n’est pas bien adapté.
L’outil d’assurance coûte aujourd’hui cher et n’est pas bien adapté. - © actuagri

Si Emmanuel Macron a décliné l’invitation de Jeunes agriculteurs (JA) à intervenir devant leur congrès à Dunkerque, les attentes restent fortes à l’égard des Etats généraux de l’alimentation, l’une de ses promesses de campagne. Ceux-ci devraient se tenir cet été, a indiqué le ministre de l’Agriculture Jacques Mézard, venu le 7 juin, et les agriculteurs entendent bien saisir cette occasion pour acter un retour de valeur ajoutée à leurs produits. Le ministre a également affirmé travailler sur les autres propositions du président, à savoir le plan d’investissement de cinq milliards d’euros sur cinq ans, la simplification des normes, et le prêt d’honneur pour les jeunes agriculteurs, une mesure qui n’apparaît cependant pas prioritaire aux yeux de Jérémy Decerle, président de JA. Le syndicat a de son côté formulé des propositions fortes dans le rapport d’orientation, consacré à la gestion des risques, rapport qui «ne vaut que si tous les acteurs s’en servent pour faire avancer les enjeux majeurs pour les agriculteurs», a rappelé le président de JA, incitant sur ce sujet à «être courageux. Nous, nous le serons !».

Lire la suite dans notre édition papier du 16 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui