L'Agriculteur Charentais 01 février 2103 à 19h27 | Par Alexandre MERLINGEAS

Journée du Cognac - La Chine et le cognac ont des défis à relever au XXIè siècle

Cette seconde édition de la journée du cognac a mis à l'honneur le marché chinois avec la présence de l'ambassadeur de Chine en France, Se Kong Quan

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'ambassadeur chinois en France, Kong Quan, entouré par JM Morel, B. Peillon et P. Piana
L'ambassadeur chinois en France, Kong Quan, entouré par JM Morel, B. Peillon et P. Piana - © A-C
Sa dernière visite dans le Cognaçais remontait à 15 ans. Kong Quan, l'ambassadeur de Chine en France, semblait heureux de revenir dans nos contrées viticoles. Il s'agissait d'une belle «prise» aussi pour les organisateurs de cette seconde journée du cognac, le cabinet comptable PWC et le Crédit Agricole. Elle a été possible par l'entremise de Francis Descubes, de PWC, qui avait noué des liens d'amitié anciens avec lui.
En tout cas, l'ambassadeur n'a pas failli à son rôle devant l'auditoire de 800 personnes pendu à ses lèvres qui avait garni le Théâtre de Cognac. «L'amour des Chinois pour le cognac ne cesse d'augmenter, at- il dit, s'exprimant dans un bon français. On a aussi besoin d'échanges humains et culturels. Il existe une intensification des partenariats avec la France dans tous les domaines».
Entouré par les patrons de Martell, d'Hennessy et de Rémy-Martin, respectivement Jean-Marc Morel, Bernard Peillon et Patrick Piana, une fois les remerciements et les révérences passés, on est bien vite passé à la séance des questions. Quels traits d'union entre la France (le cognac) et la Chine ? l'évolution du marché du luxe en Chine ? Quelles sont les perspectives économiques de ce pays ? Kong Quan a tenté de répondre au mieux à l'ensemble de ces interrogations. «Avec la nouvelle équipe qui a été mise en place au dernier congrès du Parti communiste, une politique de réforme et d'ouverture sera mis en oeuvre, a-t-il affirmé. le gouvernement fera tout pour maintenir un taux de croissance raisonnable ». Dans les dix prochaines années, la Chine a pour ambition de multiplier par deux son PNB, Produit national brut, ainsi que de doubler le revenu par habitant pour aboutir à une classe moyenne de 500 millions de personnes, tout en conservant un taux de croissance annuel d'environ 7 %. «Il nous faudra accélérer l'industrialisation dans le respect de l'environnement, relancer la consommation intérieure tout en privilégiant une croissance de qualité».
Les grands défis de la Chine : réduire les grandes inégalités de richesses entre les provinces, entre les couches sociales, et inventer un modèle d'urbanisation maîtrisé, et apte à amener le bonheur collectif. «On ne veut pas renouveler vos erreurs du passé», a dit l'ambassadeur.
Quant au marché du luxe en Chine, il semble avoir de beaux jours devant lui. «Apprécier la finesse de la vie et jouir des produits de qualité sont des notions importantes dans les classes favorisées. À mon avis, le rapprochement possible entre les marques et la richesse culturelle de la Chine sont un bon moyen pour le cognac de continuer à se développer chez nous. Par exemple, il existe de nombreux poèmes chinois qui parlent des spiritueux et qui sont même appris dans les écoles».
Kong Quan a aussi rassuré tout le monde sur la lutte pour la défense de la propriété intellectuelle engagée dans son pays. Depuis deux ans, suite à une modification de la loi, le délit de contrefaçon est passible de poursuite au pénal.
Premier marché en valeur
Face au développement pharaonique de ce pays qui paraît inéluctable, le cognac va devoir relever nombre de défis. Les différentes interventions et tables rondes tout au long de cette après-midi ont pu en attester. Les chiffres du marché du cognac sont assez vertigineux avec un chiffre d'affaires de 2,38 milliards d'EUR en 2012, soit une augmentation de 60 % en valeur depuis 2009. En Chine, le cognac représente 52 % des 6 % du marché des spiritueux occupé par des marques dites internationales. En analysant bien les chiffres, on peut même dire qu'en valeur la Chine est devenue le premier marché du cognac, alors qu'en volume les États- Unis restent en tête.
Alors, quels sont ces défis qui se présentent au cognac ? En premier lieu, le renouvellement du vignoble qui est urgent pour assurer un approvisionnement qui devient problématique aujourd'hui, en particulier pour les petites et moyennes maisons de négoce. Antoine Mornaud, du Crédit Agricole, a assuré que «les acteurs de la filière avaient les moyens d'accompagner le développement du cognac».
Il a dit :
«L'amour des Chinois pour le cognac ne cesse d'augmenter» a souligné Se Kong Quan, Ambassadeur de Chine en France

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
3 656 élèves
Les 30 maisons familiales et rurales du Poitou-Charentes ont accueilli en 2015 pas moins de 3656 élèves en formation initiale scolaire du ministère de l’Agriculture (soit 47,5 % des effectifs de l’enseignement agricole de la région). Un effectif qui est en légère diminution: 55 élèves de moins. Une chute qui se matérialise pour au moins 4 associations par une perte de plusieurs dizaines d’élèves. Le contexte économique des territoires concernés peut être une des causes. En revanche , les chiffres concernant la formation continue progressent, avec 2532 stagiaires formés en 2015 sur 27 MFR.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui