L'Agriculteur Charentais 22 juillet 2016 à 08h00 | Par A.M.

L’Agneau du Poitou-Charentes fait de la résistance

L’ODG veut maintenir les volumes commercialisés sous signes de qualité en Poitou-Charentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Louis Vollier, Patrick Soury et Daniel Gaillard
Jean-Louis Vollier, Patrick Soury et Daniel Gaillard - © a.M.

«Avec 126 163 agneaux au compteur en 2015, nous revenons à la performances de 2013. Avec une consommation en net repli, c’est un très bon résultat, surtout sans opération IGP en juin. Nous conservons notre première place française en tant qu’ODG agneau. Notre développement en Label Rouge continue et franchit le cap des 50 000 agneaux à l’année. Notre production sous IGP stagne en volume mais se développe en nombre de points de vente», a expliqué Daniel Gaillard, le président de l’ADPAP, Association pour la défense et la promotion des agneaux certifiés en Poitou-Charentes, dans son rapport moral de l’assemblée générale le 1er juillet à Confolens. Depuis le début de l’année 2016, les ventes en agneaux certifiés (l’Agneau du Poitou-Charentes, Le Label Rouge Le Diamandin, l’Agneau des Bocages) repartent à la hausse «alors que la tendance à la consommation est encore plus mauvaise qu’en 2015», a dit Boris Labrousse, responsable des points de vente au GIE. Au mois de juin, l’opération Kermené, le groupement d’achats des centres Leclerc, annulée en 2015, a bien eu lieu.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 22 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.