L'Agriculteur Charentais 26 février 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

L'agriculteur Charentais à la télévision

France 3 est venu filmé l'équipe de l'Agriculteur Charentais et parlé des 80 ans de votre journal agricole. le reportage a été diffusé mardi 24 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Au sein de l'équipe de L'Agriculteur Charentais, on a pour habitudede mettre les hommes et les femmes en lumière, des agriculteurs, des techniciens, des présidents d'OPA, pour leurs initiatives, leurs engagements, leurs savoir-faire... Interviewer, prendre des photos et repartir pour un autre reportage, voilà notre quotidien. Sur le «terrain»agricole et rural, depuis plus de deux décennies pour l'équipe de l'Agriculteur Charentais, il lui est impératif de «produire» 24pages. Toutes les semaines, hiver comme été. L'hebdomadaire existe depuis 80 ans. Un âge vénérable qui a suscité l'intérêt de nos confrères. Fin janvier, lorsque Anne-Marie Baillargé, journaliste à France 3 Poitou-Charentes, a contacté l'équipe, pour venir faire un reportage, la surprise a été totale. «Vous venez de fêter vos 80 ans et cela nous interpelle» at-elle raconté. Il est vrai que plusieurs pages étaient consacrées à cet anniversaire dans l'édition du vendredi 2 janvier. Rendez-vous est donc pris pour le 3 février. Avec Brice Baubit, le caméraman, ils sont venus, depuis Poitiers, réaliser un reportage, en même temps que le nôtre, chez un agriculteur, en l'occurrence Jean-Louis Pierrois, éleveur laitier à St Sauveur. La journaliste a souhaité connaître le ressenti de l'éleveur sur l'hebdo agricole. En quoi est-ce utile pour lui pour son exploitation ? Quelles sont les informations importantes dont il a besoin ? Jean-Louis Pierrois se prête au jeu de la «caméra invisible» («faites comme si on n'était pas là») et dit, sans ambages, pourquoi il lit «de A à Z» l'hebdo agricole, explique à la journaliste, médusée, l'importance des cotations des céréales à ... Chicago. Ensuite, petit tour dans la stabulation, histoire de faire «reportage vécue». Puis direction, les locaux de L'Agriculteur Charentais, à La Rochelle, pour filmer, l'autre facette du travail : la conférence de rédaction, le choix des articles, la mise en page... Se faire filmer pendant que l'on travaille n'est guère stressant. Ce qui l'est un peu plus, c'est lorsqu'on pose un micro pour faire une interview. Et là, on comprend encore mieux, les personnes que l'on interroge habituellement et qui stressent un peu. Que va-t-on me poser comme questions ? Comment y répondre ? «Surtout vous ne regardez pas la caméra !» Cela nous arrange bien ! Passées ces premières interrogations, on se laisse porter par l'instant. Anne-Marie Baillargé pose sa première question, ne nous quitte pas du regard. C'est rassurant. Elle nous sourit. On est dans la peau des interviewés, ceux que nous sollicitons pour commenter l'actualité agricole et rurale. Le plongeon dans l'histoire du journal montre le chemin parcouru dans ce média, toujours aussi présent, même avec ses 80 ans. C'était diffusé le mardi 24 février dernier sur France 3 Limousin Poitou Charentes à 19 h.


Laurence Guilemin


Bernard Aumailley


retrouvez le reportage de France 3  sur le site France 3 Poitou Charentes, 19-20 du mardi 24 février


ou en regardant la vidéo jointe à cet article (patientez quelques instants le chargement)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui