L'Agriculteur Charentais 15 mars 2018 à 14h00 | Par Bernard Aumailley

L'agriculture «doit» muter

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le camion promo de Valagro, explications sur les bienfaits de YiedOn.
Dans le camion promo de Valagro, explications sur les bienfaits de YiedOn. - © AC

Face au défi de nourrir l'humanité, elle doit aussi trouver les ressources pour produire plus vert, dans un climat qui change. La tentative d'agro-écologie a fait prendre le virage. Les énergies et la chimie utilisées vont-elles aussi changer. Transformation en douceur ou en profondeur  ? L'agriculture doit poursuivre sa révolution numérique dans les agro-équipements, des outils d'aide à la décision aux capteurs. La recherche doit mettre les bouchées doubles pour construire des modèles de production différents. En même temps vont s'accélérer la robotique agricole, la génétique, le biocontrôle et les biotechnologies. On est déjà au-delà des premiers pas. C'est la multi-performance qui sous-tend ces recherches et ces applications au quotidien dans les exploitations. Sans couvrir tous le champ des possibilités ouvertes aujourd'hui, ce dossier présente quelques «innovations» déjà mises en oeuvre, ici ou là, dans la région. Autant de fenêtres ouvertes sur d'autres mondes.

Lire l'ensemble du dossier "Alternatives" : un biostimulant pour les grands cultures, le nouvel engrais Arvalis, la production de fourrages, fabriquer de l'humus avec SOBAC, dans notre édition papier du 16 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.