L'Agriculteur Charentais 16 juillet 2015 à 08h00 | Par Pascal Bisson

L’autonomie protéique, un enjeu d’image pour demain

L’autonomie en protéines en substituant du soja par des graines ou des fourrages riches en matière azotée est difficile à atteindre. Son intérêt est fonction du prix du soja.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La première source de protéines dans une exploitation de bovins allaitants reste l’herbe. Il convient donc de la récolter en quantité mais d’être également vigilant à sa qualité. La teneur en protéines de cette dernière diminue fortement avec l’avancée du stade végétatif. Ainsi, la teneur en MAT d’un RGA passe de plus de 200g/kg de MS au stade feuillu à seulement 100 g/kg de MS au stade floraison. Les  éleveurs l’oublient trop souvent privilégiant avant tout le volume, au détriment de la qualité. Ils doivent ensuite la corriger avec des aliments extérieurs. Cet aliment riche doit cependant être en cohérence avec les besoins des animaux pour ne pas fournir une ration déséquilibrée.  Ensuite on pensera aux légumineuses en mélange avec les graminées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).