L'Agriculteur Charentais 07 mai 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

L’eau, bien commun, mais qui peine à être partagée

Elaborés par les Agences de bassin, les SDAGE se projettent sur 5 ans : 2016- 2021. Autant pour Loire-Bretagne que pour Adour-Garonne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

SDAGE : Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et son programme de mesures (PDM). Un étage de plus dans la gestion de l’eau. Révisés de manière pluriannuelle, ces schémas font actuellement l’objet d’une consultation du «grand public» et des institutions, dont les chambres d’agriculture. Et pour la Charente-Maritime, il ne faudra pas moins de deux SDAGE, un par agence de bassin. Il poussera le SDAGE jusqu’en 2021, une fois adopté en 2016. Un SDAGE qui a été écrit l’an dernier et approuvé par les conseils de bassins en 2013. Son objectif, dans les deux territoires des deux agences, est de «stopper toute dégradation de la qualité des eaux» et poursuivre naturellement cette quête du «bon état.» Pollutions diffuses, partage des eaux, restauration des eaux littorales, continuité écologique et gouvernance de l’eau sont ainsi écrit noir sur blanc. Tout du moins les objectifs recherchés. Un projet de SDAGE, élaboré par le comité de bassin, doit prendre en compte «l’évolution de l’état des eaux, les évolutions de contexte (réglementaires, économiques…)» et mais aussi lors de son élaboration des «remarques formulées lors de la consultation sur les questions importantes.» C’est cette période-là que nous traversons : la consultation du public. Suite à la consultation, l’ensemble des avis sera analysé par le comité de bassin qui établira avant la fin 2015, la version définitive du SDAGE. Comme le SDAGE actuel, le Sdage 2016-2021 s’imposera à toutes les décisions publiques dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques. Alors avant avril on a «consulté», demandé l’avis aux Conseils régionaux, aux Conseils départementaux, aux CESER, aux chambres consulaires, aux établissements territoriaux de bassin, aux parcs naturels, aux comités régionaux Trame bleue et verte, aux CLE. Ce ne sont pas moins de 2000 pages qui constituent les deux SDAGE. «Outil de planification» qui met en œuvre la directive cadre Eau et surtout a à plaire à Bruxelles pour montrer la bonne volonté française en la matière. Le SDAGE induit les SAGE par bassin. Dans le principe ils devraient ainsi être compatibles.

Lire l'ensemble du dossier Eau dans notre édition du 8 mai : Les SDAGE des deux agences, des pompes intelligentes, l'engrais est il lessivé par les pluies, le niveau des nappes et des débits en Charente-Maritime

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui