L'Agriculteur Charentais 27 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

L’Etat ne finance pas les prairies, ils décident de les retourner

MAE toujours pas payées. Toujours reportées à plus tard. Cela exaspère les contractants qui décident, pour marquer le coup, de retourner une prairie Natura 2000.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

«Le contrat est rompu…» Ces simples mots expliquent la nouvelle manifestation de la FNSEA 17 et de JA 17, mercredi matin, dans les marais de Brouage. Les termes du mécontentement, exprimés le 2 juin dernier devant la DDTM, n’ont pas changé. Les MAE de 2015 ne sont toujours pas payées. Si du côté de l’administration, on évoque un problème de logiciel, l’alibi ne passe plus. Une centaine d’adhérents des deux syndicats étaient venus prêter main-forte pour retourner une parcelle de Moëze. Une noria de tracteurs a donc mis symboliquement fin à un quart de siècle de politique agro-environnementale.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 28 juillet 2017

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.