L'Agriculteur Charentais 15 juin 2017 à 08h00 | Par Sylvain Desgroppes

L'histoire des hommes et des goûts

L'institut du Goût Nouvelle-Aquitaine s'est penché sur l'évolution des produits et des goûts dans une approche historique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anne-Marie Cocula, au centre, entourée de Corinne Marache et de Philippe Meyzie, ont abordé le goût sous un angle historique
Anne-Marie Cocula, au centre, entourée de Corinne Marache et de Philippe Meyzie, ont abordé le goût sous un angle historique - © Sylvain Desgroppes

Le goût, le produit, le terroir, la culture de la gastronomie. Voilà des thèmes propres à la culture française, et qui sont caractérisés dans la région Nouvelle-Aquitaine, réputée notamment pour son art de la table. Ce n'est pas un hasard si la région compte 216 produits sous signes officiels de qualité.
L'institut du Goût Nouvelle-Aquitaine, créé en 2016, a profité du salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine pour organiser justement une conférence sur ces thématiques. Intitulée «Des Hommes, une terre, des produits et des goûts», cette présentation s'est concentrée sur une approche historique du sujet.

Lire la suite dans notre édition papier du 9 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.